*¤ Le jeu du Dieu fou ¤*

Quelques individus, isolés du monde entier par un dieu fou, ne communiquent qu'entre eux, par e-mail. Ils s'éliminent un par un... Qui restera ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Mar 27 Oct - 3:24

Très cher ami,
Je me permets de vous écrire cette courte missive pour quémander de votre part une réponse. Je semble être ici la seule représentante du sexe féminin. Dieu ne me tient pas en haute estime, et je suis ravie de rétorquer à sa personne pitoyable que ce sentiment est réciproque. Je pense surtout que le créateur de l'humanité à un mépris immense pour le sexe qui ne doit son nom de faible qu'a son bon vouloir. Je ne me sens ici que l'ombre de moi-même, sans mon entourage habituel.
J'espère que je ne m'effacerai pas.
Je vous souhaite une vie lumineuse,
Comtesse Erszébeth Bathory


Dernière édition par Comtesse Bathory le Jeu 29 Oct - 7:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Mar 27 Oct - 11:18

Très chère Madame,


Prétendre que je n'ai frémi à la lecture de votre missive serait commettre un odieux péché de mensonge. Loge lui-même ne saurait déroger à la règle, s'il existait hors d'une mythologie à présent enfouie dans les arcanes de la Terre, et oubliée.
Je ne m'étais, à vous dire vrai, jamais interrogé quant à la nature de vos relations avec le Créateur, mais peut-être y a-t-il quelque vérité en ce que vous dites. Je vous en conjure, ne prenez point la précédente phrase comme une accusation de faux à votre égard, mais le débat que vous amorcez m'est si inconnu que je ne saurais que dire.

Être l'ombre de soi-même est peut-être un idéal, Madame. Il l'est pour moi, je puis vous l'assurer. Personne ne pourrait rêver d'une vie lumineuse, sans ombre aucune...

Bien à vous,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Mar 27 Oct - 11:34

Sehr geehrter Peter,
Promettez-moi tout d'abord de ne plus user de ce qualificatif de "Madame". Je ne suis encore que Mademoiselle, jusqu'aux dernières nouvelles (j'entends par là que je ne me suis encore jamais engagée devant celui que de nombreuses religions considèrent comme leur maître, dans tous les sens du terme).

Mon évidente haine, mon mépris avoué pour cet être qui me ressemble et m'amuse, cela vous choque ? Loge lui-même, tout feu tout flammes, n'en serait pourtant pas choqué. Il n'est lui-même qu'ironie brûlante envers son maître Wotan. Il n'existe entre eux ni amitié ni haine. C'est un accord neutre qui les lie, mis à part le fait qu'en aucun cas Loge ne saurait vaincre Wotan. Je me place dans la même situation face à ce Dieu qui est aussi Diable.

Mon cher Peter, je n'ai que faire de luminosité ou d'ombre. Sachez seulement que pour moi, le noir n'est que nuit. La vraie mort, le vrai péché sont d'un blanc immaculé. C'est pourquoi j'ai fait arborer aux murs de cette retraite un écarlate qui me sied plus et me permet de me perdre dans des rêves hallucinés et ravissants.

Avec toute mon estime,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Mer 28 Oct - 10:53

Sehr geehrte Gräfin,

Je prie de bien vouloir excuser l'impolitesse sombre dont j'ai fait montre, je tiens à préciser que l'emploi de ce titre de civilité ne se voulait aucunement dépréciatif. Ne pouvant savoir votre état marital, qui ne me regarde guère, je ne pouvais employer le titre dont vous me recommandez chaudement l'emploi.

Liebe Fräulein, votre haine pour cet autre ne me choque aucunement, elle m'étonne, me surprend, car je n'avais jusqu'alors encore jamais goûté d'une telle passion destructrice.

Loge n'est rien d'autre que l'esclave soumis d'un dieu qui n'a que trop régné, et qui sait son heure approcher. La flamme du Dämmerung éprouve la plus vive honte à partager Asgard.
Pourquoi donc en rouge ? Cette couleur évoque-t-elle en vous un sentiment particulier qui vous plairait ? Je rougis de honte en pensant à la hardiesse de ma question, je vous conjure de ne m'en point tenir rigueur.
Blanc comme noir ne sont que des opposés, la présence et l'absence de lumière. Toute lumière se doit d'être accompagnée de son ombre.

Hochachtungsvoll,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Jeu 29 Oct - 7:07

Geehrter Peter,

Vous êtes tout excusé, voyons, je m'échauffai pour fort peu, et à vrai dire, presque à tort. N'en parlons plus, voulez-vous.

Passion destructrice... Que vous résumez bien la chose en deux mots ! C'en est ravissant, exquis ! Vous semblez me devnier bien plus que je ne vous comprends. Pourtant, je suis plus à même de vous connaître... Que c'est délicieux !

Loge me séduit bien plus que l'âpre Wotan, ou que la bien trop innocente Freja. Erda, encore, pourrait me convenir, mais elle a encore trop la sagesse vénérable qui s'oppose à la spontanéité de la passion...

L'écarlate, l'écarlate... C'est toute une histoire d'amour avec moi... J'espère ne pas attenter à votre pudeur si je vous révèle que c'est à cause de sa proche parenté avec et la Luxure et la Colère, qui sont deux de mes plus vilains et délicieux défauts...

Blanc et noir sont si opposés que je n'ai pu me résoudre à laisser trace d'une de ces absences de couleur dans ce qui me sert de chambre en ce moment...

Avec toute mon estime,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Jeu 29 Oct - 10:04

Très chère Gräfin,

La passion n'est-elle pas, par essence même, destructrice ? N'est-elle pas un état de souffrance qui nous contrit ? Je crains que quelle que soit la Leiden, nous devions souffrir. An unserem Leiden leiden wir.
Cela nous permet néanmoins de vivre, de sentir cette vie, certes douloureuse, mais si intense !

Le seul personnage de notre mythologie qui sache trouver grâce à mes yeux est l'invincible héros, trahi par, comme nous y revenons, sa véritable passion. J'avais, dans ma plus tendre enfance, une affection toute particulière pour cette geste, que je trouvais émouvante. Mais il importe peu.

Je crains que peu de choses ne puisse me choquer, mademoiselle, ce qui ne m'empêche guère de goûter les défauts dont vous semblez vous parer. Pourquoi donc écarlate ? Si notre culture européenne nous a habitué à cette couleur pour de tels concepts, pourquoi ne pas s'en attribuer d'autres, et les modifier ? Quelle œuvre d'art cela serait, ne croyez-vous guère ? N'écoutez point mes divagations, je suis brumeux d'avoir passé la journée en songes.

Hochachtungsvoll,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Ven 30 Oct - 1:15

Estimé Peter,

Puisqu'il nous faut souffrir, souffrons ! Ne vous inquiétez pas, je m'y suis faite, à cette souffrance inéluctable. Nous sommes de bonnes amies, et ne nous quittons que peu.

L'écarlate... Cette couleur est la seule à trouver grâce à mes yeux, en réalité. Les pastels me font horreur par leur innocence si candide qu'elle en est bête. J'abhorre les couleurs fluos, qui blessent mes yeux, et le pourpre, le violet, et toutes les sombres couleurs me rappellent trop de longues nuits de souffrance et d'agonie, pour que je puisse en parer ma chambre. Ainsi donc, seul le vermeil des lèvres d'une courtisane peut me consoler... Y a-t-il là tant à comprendre ?

Que faites-vous, cher ami, de vos journées dans cette cage dorée ?

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Ven 30 Oct - 12:27

Chère Comtesse,


Comment saurait-on jamais s'accommoder de la souffrance ? Cet état si néfaste qui nous nuit ? Je ne saurais admettre qu'une telle douleur me soit pérenne -quel espoir aurais-je sinon, si l'on m'enlève ce doute quant à cette fatalité ?

Quelles sont les couleurs que vous qualifiez de "fluo" ? Serait-ce un terme est-européen ? Je ne le connais guère...
Le vermeil des lèvres d'une courtisane, dites-vous ? N'y aurait-il quelque autre couleur qui puisse vous mettre en émoi? Un vert smaragdin ne saurait-il vous fascinez ? Un bleu topaze vous émouvoir ? Un mauve améthyste vous ensorceler ?
Quelles sont donc ces souffrances dont vous parlez ? Je vous prie de bien vouloir excuser la hardiesse dont je fais preuve, ma curiosité est, à bien des égards, indiscrète.

Mes journées s'enchaînent, monotones, je n'ose user de cet assemblage satanique qui, m'a-t-on expressément assuré, fourni tout ce que nous pourrions souhaiter. Et vous même, liebe Gräfin, de quoi vos journées sont-elles faites ?

Bien à vous,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Sam 31 Oct - 23:10

Cher Peter Schlemihl,

Je connus la souffrance assez tôt dans ma vie, et vécus avec elle assez longtemps pour que nous ne nous quittions plus à présent. Vous êtes peut-être encore trop jeune pour saisir toute la douceur de la douleur.

Voici les couleurs fluo dont je vous parlais :







Ne sont-elles pas de nature à heurter les yeux au plus vif ?

Quant à d'autres couleurs qui puissent me séduire... Seul le saphir des yeux de celle que j'appelais ma fille, et l'émeraude de ceux de mon presque frère auraient pu se disputer ce privilège. Mais tous deux se sont éteints, et avec eux, l'or et les flammes de leur chevelure étincelante.

Ce sont les deuils repétés que je dus souffrir et qui me plongèrent dans les abysses des plus profonds chagrins, des douleurs les plus sourdes et les plus violentes. Le chagrin d'une mère et d'une soeur...

Mes journées sont faites d'une douce léthargie. J'avoue me servir des vapeurs de l'opium et de l'encens pour chasser de trop douloureuses pensées de mon âme, mais ces drogues ont parfois l'effet contraire... Pourtant, la douleur infinie que je ressens quand je songe à mes aimés a quelque chose de doux et de mystérieux. C'est en cela que la souffrance est devenue ma bonne amie.

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Dim 1 Nov - 1:55

Sehr geehrte Gräfin,


Je n'ai d'autre mot qui me vienne à l'esprit que "quelles couleurs chatoyantes". Veuillez, je vous en conjure, ne pas prendre ombrage du fait que je ne partage guère votre opinion quant à ces couleurs. Elles sont certes puissamment lumineuses, mais quelle énergie elles véhiculent. Peut-être, s'il m'avait été d'en avoir plus tôt aurais-je pu tricher et tromper le monde, masquant ainsi cette sombre malédiction. Ah, que n'aurais-je pu faire, alors ?

Je crains qu'il ne soit trop tard pour vous apportez mes condoléances pour vos pertes. Comment donc, si le souvenir n'en est pas trop douloureux, vous ont-ils quittés ?
Je crains que les drogues n'obscurcissent l'esprit, en ayant moi-même consommé à une reprise, afin d'en définir savamment les effets. (Il s'agissait de lotus, si mes souvenirs sont exacts, afin de vérifier les dires du poète Homère) A quoi donc serait due cette douleur ? Pourrais-je, de quelque manière, fût-elle infinitésimale, vous porter secours de quelque manière ?

Bien à vous,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Jeu 5 Nov - 3:36

Très cher Peter Schlemihl,

Je suis réellement confuse... Quoi! j'aurais dormi si longtemps... Hélas oui, ici, ni nuit ni jour pour réguler mon existence, et ma torpeur est si profonde que je pourrais dormir des mois sans m'éveiller s'il n'y avait lever et coucher de soleil. Me pardonnerez-vous mon silence ?

Tout est subjectif très cher ami, et je conçois tout à fait que ce qui me déplaît puis plaire à d'autre. Mon choix ne se prétend pas juste. Je n'exprimais que mon avis sur ces couleurs que je trouve blessantes.

Comment mes aimés m'ont-ils quittée ? Le souvenir s'est fondu en moi, je ne fais que l'éveiller à longueur de journée. Mas j'y pensai trop fort, ce qui dut provoquer mon lourd sommeil. Ma très chère petite Ève me fut ôtée par un tiers, qui voulut me la voler. Elle a disparu dans le Néant, à présent. Quant à Gabriel, mon frère, il vint me tenir compagnie lors de mes journées les plus sombres. Et un jour, il me quitta, jugeant que j'étais consolée, pour aller badiner au ciel.

C'est la douleur de la perte de ceux que j'ai aimé qui m'agite et dévore l'intérieur de mon sein. Je suis une mère en deuil, une veuve de son frère, esseulée et abandonnée...

Cessons donc cet épanchement ridicule de larmes, j'ai l'habitude de tout cacher derrière un rideau d'acier, vous l'avez fissuré... Il va me falloir du temps pour tout calfeutrer à nouveau. Aidez-moi en ne me parlant plus de ceux qui sont partis, je vous en supplie.

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Jeu 5 Nov - 9:47

Liebe Gräfin,


J'avais crains quelque malheureux coup du sort à votre égard, je me réjouis de constater qu'il n'en est rien. Je vous prie, cependant, de bien vouloir accepter mes plus plates excuses quant à mes questions malséantes qui vous ont, visiblement, fort blessée.

Votre ton a changé, ce me semble, et vous me semblez plus ouverte, plus "accessible" devrais-je dire. Je ne vois plus guère la grande muraille se dresser face à moi, mais une personne qui, comme moi, comme nous tous, souffre. Je vous prie d'excuser mon emport un rien grandiloquent mais j'ai reçu de terribles nouvelles qui m'ont laissé bouleversé. Je vous prie de les demander à M. de Malvigne, je ne saurais vous les répéter moi-même.

Hochachtungsvoll,

Peter Schlemihl


PS : Est-il vrai que vous venez de 2111 ? Comme cela est étrange... et pourtant, si évident, lorsqu'il nous apparaît que le fantastique puisse être réel...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Sam 7 Nov - 2:04

Cher Peter,

Votre curiosité était justifiée, et il me fallait m'épancher. Je vous ai répondu, vous m'avez entendue, nous sommes donc quittes. Vous ne m'avez point blessée, rassurez-vous, il en faudrait beaucoup plus pour cela.

Mon sommeil m'a sans doute attendrie quelque peu. Estimez-vous en heureux, si je puis dire... Tant de légèreté ne m'est pas coutumière et ce léger air de ma jeunesse me ravit étrangement.

Des nouvelles vont ont bouleversé ? Serait-ce la soi-disant identification de Futon Omote au Dieu Fou ? Si ce n'est que ça, je peux m'empresser de vous détromper, le sieur en question m'avait tout à fait l'air sain d'esprit dans son dernier message, que je reçus après celui d'Hector de Malvigne. S'il s'agit d'autre chose, je m'empresserai de quémander la cause de votre désarroi au sieur sus-nommé.

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory

PS : Je viens effectivement de 2111... Et pour autant que j'en sache - ne vous en offusquez pas, je vous en supplie - vous êtes le personnage d'une nouvelle d'E.T.A Hoffmann. Le fantastique est donc partout, je suis la première à en pouvoir témoigner. Malheureusement, les contradictions aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Sam 7 Nov - 7:17

Chère comtesse,


Comment donc votre sommeil vous a-t-il attendrie ? Seriez-vous comme cette personne issue du conte merveilleux "la Belle au bois dormant" ?
Messire Omote n'est plus, il a mis lui-même fin à ses jours... Je n'ose penser qu'il ait pu y parvenir. Quelle horreur, n'est-ce pas, que de périr ainsi, isolé de tous et de tout ?

M. Hoffmann ? Le compositeur ? Comment donc aurait-il écrit mon histoire ? Je doute que mon bon ami Adelbert ne lui ai transmis ma lettre - je n'ose le croire. Imagineriez-vous plus cruelle trahison ? Comment pourrais-je vivre, ainsi, dépourvu de ma plus propre vérité ? Je n'ignore guère que ces messieurs se connaissent et sont bons amis, mais je ne puis me résoudre à croire vos paroles. Quelle disgrâce !

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Lun 9 Nov - 2:51

Cher Peter,

Oh, je suis loin d'être la Belle au Bois Dormant, et il faut que je corrige mon erreur. Ce n'est vraisemblablement pas mon sommeil qui m'a attendrie, mais plutôt l'absence de ma Cour habituelle... On oublie d'être royal, quand on a plus ses sujets à ses pieds...

Futon Omote n'avait pas mis fin à ses jours avant le vote, en témoigne un message qu'il m'avait envoyé. Mais il ne s'est pas protégé, sans doute à dessein, et j'ose supposer que c'était dans le même but.

Je suis réellement désolée qu'il en soit ainsi, mais souvent les personnes extraordinaires suscitent des romances et des légendes, j'en sais quelque chose... Je ne peux hélas vous consoler, et je reconnais à présent que j'aurais mieux fait de ne pas vous en parler. Veuillez s'il vous plaît me pardonner...

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Lun 9 Nov - 11:36

Chère Comtesse,


Le vote est passé, et M. Omote a disparu. Il est étonnant de constater que, finalement, je n'y attache guère plus d'importance que cela... Je pensais que, peut-être, j'allais me morfondre de cette perte, mais tout semble aller comme si rien ne s'était passé, comme si j'étais devenu insensible à toute détresse humaine.

Serais-je donc bien le monstre que les gens prétendent ? Vous qui me dites qu'Ernst a rapporté ma vie - maudit Adalbert ! - qu'en pensez-vous ? Je me le demande bien...

Messire Pipo m'a affirmé que vous fûtes reine de Sodome. Votre royaume serait-il si décadent que l'énonciation de la ville biblique fût requise ?

Bien à vous,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Jeu 12 Nov - 8:07

Cher Peter,

Insensible ? Je ne considèrerais pas votre réaction ainsi... Plutôt comme un refoulement, un déni freudien... Enfin, que sais-je, je ne suis pas vous...

Si on vous a volé votre vie pour la narrer, on l'a fait avec classe et style, je ne saurais porter de jugement. Vous m'en voyez confuse.

Je suis en effet Reine de Sodome, car c'est le nom qu'on donna à la parcelle de territoire qui m'appartient. En revanche, cette Sodome est bien moins dangereuse et horrible que celle de la Bible, rassurez-vous.

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Sam 14 Nov - 12:57

Chère Gräfin,


Je ne comprends guère... Aurait-on renommé, à votre époque, une ville du nom de la cité décadente ? Cela serait pour le moins étrange, non ? Un de nos compagnons d'infortune m'a signifié que vous seriez infernale. Lui auriez-vous tenu quelque propos malavisé ? Je ne vous sens guère ainsi. Cependant, à en croire les propos de notre geôlier, nous serions tous en manque de confiance...

Un déni freudien ? J'avoue ne pas comprendre ce qualificatif... Seriez-vous assez douce de me l'expliciter, je vous prie ?

Hochachtungsvoll,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   Mer 18 Nov - 10:15

Chère Comtesse,


Cet improbable geôlier m'aurait-il isolé de vous tous ? Il semblerait que je fusse maintenu dans le plus terrifiant des silences...
M'entendez-vous ? Ou plutôt, me lisez-vous ? Je vous en conjure, répondez-moi !

Bien à vous,

Peter Schlemihl
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...   

Revenir en haut Aller en bas
 
En ces lieux d'égarement des sens et des esprits...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Car je m'y sens déja chez moi] MON PREIMER POST
» Phasing des maisons : les lieux importants
» Une histoire qui n'a aucun sens
» [RESOLUE] Utiliser un interrupteur pour inverser le sens de déplacement d'un piston
» Quels sont les lieux qui vous interessent le plus sur habbo?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*¤ Le jeu du Dieu fou ¤* :: Archives des parties de Jeu :: *¤ Septième partie ¤* :: Peter Schlemihl/Comtesse Bathory-
Sauter vers: