*¤ Le jeu du Dieu fou ¤*

Quelques individus, isolés du monde entier par un dieu fou, ne communiquent qu'entre eux, par e-mail. Ils s'éliminent un par un... Qui restera ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ?   Lun 26 Oct - 2:49

Enfin seul ! Loin des vains tumultes mondains... Seul, avec ma lampe d'Aladin.
Génie, mon bon génie, transforme pour moi cette pièce en voûte céleste. Installe-moi sur une méridienne de feuillages devant une table en plexiglass où 2 livres puissent trôner près de la boîte magique que notre dieu fou a daigné nous laisser.
N'oublie pas le piano à queue.
Mais je ne suis pas seul... alors j'aimerais partager ces merveilles, et plus si affinités.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mar 27 Oct - 1:03

Je craignais n'avoir affaire qu'à des individus ignorant les joies simples de la vie, mais me voilà rassurée en parcourant votre lettre, cher ami. Ces vains tumultes mondains que vous semblez dénigrer et peut-être même haïr avaient pourtant le privilège de me distraire et d'apporter une nourriture substancielle à mon âme et à mon corps... La solitude à ses charmes que ne peut offrir la foule, mais les liaisons apportent des échanges et des dons qu'on ne peut obtenir en ascèse.
La blancheur immaculée de ma nouvelle retraite me déplut au premier abord, mais je sus adapter les lieux à mon goût, et à présent je jouis d'un confort qui doit bien valoir celui de ma vie antérieure.
Je suis pourtant surprise de cette solitude qu'on nous afflige. Ce Dieu devrait pourtant savoir qu'ainsi il me condamne. Ah, mais une idée germe en mon esprit. Je n'avais pas tenté pareille solution... Ici, tout être vivant nous est interdit, toute chaleur humaine est défendue. Nous n'avons le droit qu'à nous-mêmes et une certaine technologie. Je saurai, j'espère, m'y accommoder.
Je vous souhaite luxe, calme et volupté en votre retraite, cher ami.
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mar 27 Oct - 2:30

Des trois je ne retiendrai que le calme.
Et loin de moi toute haine.
J’ose croire au caractère temporaire de mon sort, c’est ce qui me permet d’en jouir.
C’est aussi de le savoir partagé avec quelques âmes mises à part, sinon d’élection.
Pas de déception quant au physique, puisque l’imagination supplée aux sens pour concevoir les formes les plus parfaites dignes d’un marbre de Carrare.
Il est vrai que la communication sans la vue n’épouse pas pleinement notre nature. Mais les sens ne sont-ils pas souvent trompeurs ? Une lettre ne traduit-elle pas l’essentiel sans trahir ? Ne faut-il pas être parfait pour s’exprimer spontanément sans tromper et sans se tromper ? Pour ma part je me sens à mille lieues de cette perfection ! Qu'en pensez-vous ?
Michel-Ange
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mar 27 Oct - 3:12

Pourtant, le confort que vous vous offrez n'est-il pas luxueux ? Et ce calme que vous acceptez est source de cette volupté que vous semblez vouloir repousser. Quel dommage cher ami, quel dommage !

Vous faites bien de croire que notre situation n'est que temporaire : qu'est-ce qui n'est pas temporaire en notre monde. Je me sens pourtant obligée de vous mettre en garde : si notre situation est temporaire, nous n'en sortirons pourtant sans doute pas vivants. Ce sont très certainement nos derniers instants que nous savourons ici, car le Dieu de miséricorde n'est qu'illusion. Sinon, je n'existerais pas en Son monde.

En quoi ces âmes sont-elles mises à part, ou même d'élection ? Je n'ai pour l'instant conversé qu'avec un Asiatique qui n'a eu que la hâte de se renseigner sur ma personne et un simple employé de banque. Vous avez le mérite d'avoir une certaine renommée et vous êtes certainement une âme d'élection. Je ne saurais en dire autant de nos autres compagnons de fortune pour l'instant.

L'imagination ne nourrit pas son homme, très cher artiste. Et encore moins sa femme, hélas.

Les sens des hommes sont bien trompeurs, j'en sais à dire, je suis une spectactrice privilégiée des égarements des sens et des esprits des hommes.
Cependant, vous semblez oublier qu'une lettre peut être hypocrite, ou à double sens... Certes, elle traduit l'essentiel, mais elle trahit d'autant plus que le lecteur ne voit pas la malice de l'auteur, n'est-ce pas ? Je vous conseille comme référence Les Liaisons dangereuses d'un certain Choderlos de Laclos qui savait user et abuser de l'art de l'écriture.
Veut-on réellement s'exprimer spontanément sans tromper et sans se tromper ? J'en doute, et je doute de la sincérité humaine. Ne voyez pas là un renoncement, ni une tristesse. Juste une lucidité amère qui est de mise, surtout de ma part.

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mar 27 Oct - 4:24

Peut-on parler de superflu et de volupté lorsque, simple victime, je cherche à tourner la pire des situations à mon avantage et rester libre en esclavage ?

Quant à la mort, vous savez bien qu’elle est inéluctable. Si ce lieu doit en être l’antichambre, alors je veux m’y préparer, en invoquant le Dieu de miséricorde dont vous semblez douter. Permettez-moi l’audace de cette conviction : la créature la plus vile ou la plus réfractaire ne saurait en être exclue ici-bas.

Aurai-je idéalisé cette maisonnée de fortune, et transformé trop hâtivement cette juxtaposition de pièces habitées en Villa Médicis ? Il est vrai que j’attends toujours que d’autres interlocuteurs de votre envergure se manifestent…

Vous avez raison, nous sommes incarnés, la faim va bientôt se faire sentir, et je n’ai guère de réserves. Mais je compte bien écrire…jusqu’à ce que mes sens me trompent tout à fait.

Je veux rester naïf, et croire en la droiture des intentions. Pourquoi agir en schizophrène si l’on croit que les vraies richesses sont celles que l’on échange ? Ce que l’on obtient par la tromperie n’est il pas frustrant ? Peut-on goûter pleinement au plaisir donné généreusement par autrui chosifié ? N’y a-t-il pas d’autre horizon pour vous que celui que les déceptions ont bouché ?
Pourtant si votre lucidité amère n’est pas un renoncement, alors il y a matière à espérer...comme je vous le souhaite.
Michel-Ange
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mar 27 Oct - 11:23

Superflu et volupté, mon cher ami, sont les secrets d'une existence délicieuse. Nous ne sommes ici pas en esclavage, mais en liberté conditionnée.Nous ne souffrons à vrai dire ici que d'une solitude qu'il nous incombe de rendre la plus gracieuse et la plus aimable afin qu'elle nous seye.

La mort est inéluctable et fort plaisante, ma foi, si elle sait divertir. La nôtre saura divertir ce Dieu qui ne peut être de miséricorde, puisqu'il se divertira de notre décès.

Je viens de remarquer une chose fort curieuse ma foi. Quand je lus votre missive pour la première fois, vous disiez vouloir rester naïve. Ce voeu en lui-même me choque par sa candeur, mais ce n'est pas tant cette innocence qui me choque, que l'accord au féminin. Pourtant, à présent, vous ne désirez que rester naïf. Cécile de Volanges a laissé place au Chevalier Danceny, que c'est curieux, que c'est curieux. Permettez-moi, cher Michel(le)-Ange, de quémander une explication...

Je ne trompe pour l'instant personne. Je voile à peine mes paroles, il suffit de savoir lire entre les lignes pour discerner la vérité...
Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mar 27 Oct - 23:07

Vous désirez une explication : Cécile de Volanges, le Chevalier Danceny, la comparaison m’attriste. Si je devais m’identifier à un personnage, je choisirais Séraphîta, ni homme ni ange, simplement Michel-Ange.

Que la naïveté vous choque, je le conçois, comment rester naïf lorsqu’on est sans cesse en butte à la jalousie, à la méchanceté, aux calomnies ? Chez moi la naïveté est un parti pris : je préfère croire que ce masque, même lorsqu’il devient une seconde nature, cache des braises de bonté qu’il suffit de ranimer. L’art n’a-t-il pas ce pouvoir ?

Je vous trouve bien sibylline, et je ne suis pas doué(e) pour lire entre les lignes. Qui êtes-vous donc ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mar 27 Oct - 23:27

Ainsi, estimé(e) Michel-Ange, vous seriez mon exact opposé : un ange ? L'androgyne par excellence, le bien par nature. Vous ne seriez donc pas l'artiste, mais seulement un homonyme ? Ou bien l'un n'empêche-t-il pas l'autre, comme en mon cas ?

La naïveté est charmante, mais je déplore de la trouver en vous. Pourtant, il est vrai que par votre nature candide, elle se respecte et se comprend. Pour ma part, je me targue de ne point être naïve. Cependant, je vous rassurerai peut-être - ou l'inverse si vous avez appris à me comprendre - en vous révélant que je prends quelques enfants naïfs sous mon aile, du moins jusqu'à ce qu'ils s'envolent du nid eux-mêmes si ma présence commence à leur insupporter.

Je ne suis qu'une faible femme, voyons, rien de plus, cher Michel(le)-Ange... Rien de plus...
Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Mer 28 Oct - 22:21

Chère Comtesse,

Mon exact opposé ? Vous êtes donc un démon ? Mais quel préceptorat exercez-vous auprès d'âmes innocentes ? Avez-vous pour mission de les pervertir ?

Comme je vous l'ai dit, je ne suis pas un ange, seulement Michel-Ange, que l'art a peut-être hissé un peu au-dessus de la race humaine lorsqu'elle est livrée à elle-même : l'être total, homme et femme Il les créa, dit la Genèse, mais ce n'est sans doute qu'un voeu pieux.

Votre serviteur.

Michel-Ange
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Jeu 29 Oct - 6:39

Cher Michel-Ange,

Puisque vous n'êtes donc pas un ange, je ne suis pas un démomn. Je suis une artiste en mon art, qui me rapproche quelque peu de ces habitants des Enfers incandescentes. Je ne pervertis jamais, je craindrais de mal transmettre ce savoir, je garde mes noirceurs pour moi-même. Je doute que la Terre puisse supporter une seconde moi-même, cela provoquerait sans tarder l'Apocalypse. Les âmes innocentes que je recueille ne savent en réalité que peu de moi-même, et je ne m'investis pas du pouvoir de leur enseigner quoi que ce soit. Ce sont eux qui choisissent leur destinée, je n'y prends part qu'en leur offrant une certaine aisance et en les sauvant de la mort par inanition.

Vous êtes donc Androgyne, comme je l'avais supposé ? Cela vous rend d'autant plus estimable à mes yeux, moi qui ne pourrai jamais atteindre cette perfection presque divine. Je ne serai jamais que Femme, maîtresse et servante d'erreurs et de Tentations.

Êtes-vous conscient qu'une maladresse de votre part vous a attiré un ennemi ? Le dénommé Futon Omoe, m'a révélé, je cite :
Futon Omote a écrit:
Le dénommé Michel-Ange est un imposteur.
Je lui avais glissé dans un message qu'il serait alors le célèbre auteur de la Piéta, du plafond de la chapelle Sixtine et de la Joconde, et il n'a pas démenti.
Il propose ensuite, sur la base de votre soi-disant imposture, de vous choisir comme victime du premier tour. J'ai mes raisons de ne pas vouloir vous éliminer, je ne suivrai donc pas son conseil. Je ne peux que vous conseiller de surveiller vos paroles. Je me suis moi-même attiré un ennemi en la personne d'Adam, car j'eus des paroles déplacées qui ont déclenché son ire envers moi. Peu me chaut, mais faites attention à vous, très cher Seraphita...

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Jeu 29 Oct - 23:58

Chère Comtesse,
Diviser pour régner, cela semble être la devise de certains...
Futon Omote n'est pas si machiavélique qu'il n'y paraît, puisqu'il ne s'est pas privé de m'insulter en direct. Inattention et non imposture, lui ai-je répondu : l'énumération de mes oeuvres, je n'ai nul besoin de la lire.
Et loin de moi l'idée que certains cherchent à piéger leurs confrères d'infortune !
Cette fois, ma naïveté m'a desservi, merci d'avoir volé à mon secours, quelques soient vos intentions...

Je me demande si la perversité que vous évoquez n'est pas pur phantasme. Si la bouche parle de l'abondance du coeur, comment pouvez-vous faire preuve de générosité envers les enfants que vous prenez sous votre aile ? Seriez-vous schizophrène ?
Votre serviteur.
Michel-Ange
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Ven 30 Oct - 1:08

Angélique Michel-Ange,
Je ne cherche aucunement à diviser pour mieux régner, si c'est à moi que vous imputez cette citation. Je ne faisais que vous mettre en garde, et je n'ai pas menti, comme vous l'avez pu constater quand ce Futon Omoe vous a ouvert les portes de son coeur.

Je ne suis pas schizophrène, et n'ai pas de double personnalité ou de troubles du comportement, comme vous semblez le sous-entendre. Mais ne savez-vous pas que souvent, femme varie et que toute femme est versatile. Je ne fais que pousser ces adages jusqu'à leur extrême, car j'arrive à concilier perversité et générosité en même temps.

Ces enfants que je prends sous mon aile bénéficient de mon aide financière, en échange de menus services, afin qu'ils ne se sentent pas obligés envers ma personne et ne sentent pas déshonorés par l'aumône que je leur ferais. Je ne suis donc pas si bonne qu'il n'y paraît, et la perversité dont je me vante n'est pas pur fantasme...

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Dim 1 Nov - 8:21

Généreuse Comtesse,

Car j'aime mieux m'adresser à vous en votre beauté... dont la perversité n'est qu'une limitation, c'est-à-dire du rien.

Générosité/perversité : faces antinomiques d'une même personne, il est vrai que l'être humain a cessé d'être simple depuis la nuit des temps. Mais l'une ne rachète-t-elle pas l'autre ? Préférez-vous manipuler vos compagnons d'infortune, ou les aider à sortir de cette situation ? D'ailleurs, discenez-vous une issue ?

Votre serviteur.

Michel-Ange
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Jeu 5 Nov - 3:07

Si cher Michel-Ange,

Je suis réellement confuse... Quoi! j'aurais dormi si longtemps... Hélas oui, ici, ni nuit ni jour pour réguler mon existence, et ma torpeur est si profonde que je pourrais dormir des mois sans m'éveiller s'il n'y avait lever et coucher de soleil. Me pardonnerez-vous mon silence ?

Je commencerai ma réponse par une aporie : je ne distingue aucune issue. Il n'y en a pas. Ou, plus. Comme vous le préférez. Aujourd'hui, nous ne vivons qu'en attente de la mort. La vie se doit d'être un jeu, un divertissement perpétuel. Ne me comprenez pas de travers : personne ne désire la mort, et moi la dernière. Mais personne ne voit la mort comme une issue. Il faut donc profiter avant de mourir. Donc la vie n'a plus aucun sens. Me suivez-vous ?

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Jeu 5 Nov - 4:00

Chère Comtesse,

Je ne suis pas sûr de bien vous suivre : si la mort est inhérente à notre condition, en quoi cela change-t-il le sens de la vie qu'elle survienne plus tôt que prévu ? Voulez-vous dire que les circonstances que nous subissons nous empêchent d'en profiter à notre gré ?
Pour ma part, j'essaie de vivre au présent, notamment par la pratique de mon art qui lui confère un caractère d'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Sam 7 Nov - 7:44

Cher Michel-Ange,

Il faut profiter de la vie, c'est évident. Vous le faites en pratiquant votre art que j'admire et en atteignant la perfection androgyne que j'adore.

La mort n'est pas inhérente à la condition de tous, certains n'apprécient pas la perspective de la mort. Et je dois vous avouer que ce jeu me distrait, malgré ma crainte de la mort qui nous attend presque tous au bout.

Respectueusement,
Comtesse Erszébehth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Sam 7 Nov - 9:15

Chère Comtesse,

Oui nous avons besoin de distractions pour nous détourner de l'angoisse de notre condition, c'est le divertissement pascalien.

Dans le cas où vous en réchapperiez, avez vous pensé à ce que sera votre vie ? Allez-vous retourner à vos occupations comme si rien ne s'était passé ? Votre regard sur la vie sera-t-il le même ?

C'est la question qui me vient en pensant à l'issue de ce jeu fou.

Michel-Ange
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ?   Jeu 12 Nov - 7:11

Très cher Michel-Ange aux mille et une vertus,

Le Divertissement pascalien.. Vous avez tout à fait raison, il faut se distraire, se divertir, et ne pas s'adonner à la mélancolie...

Ce que sera ma vie ? Sans doute exactement ce que ma vie était auparavant. Un Enfer sur Terre, mêlé de bribes de Paradis, un véritable Purgatoire dans une Sodome décadente et purifiée. Mes occupations resteront les mêmes, très certainement, et mon regard sur la vie a tant de fois changé, qu'une nouvelle occasion est ici sertie dans un bijou bien dangereux... Je ne sais, à vrai dire.

Qu'en est-il de vous ?

Respectueusement,
Comtesse Erszébeth Bathory
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*¤ Le jeu du Dieu fou ¤* :: Archives des parties de Jeu :: *¤ Septième partie ¤* :: Michel-Ange/Comtesse Bathory-
Sauter vers: