*¤ Le jeu du Dieu fou ¤*

Quelques individus, isolés du monde entier par un dieu fou, ne communiquent qu'entre eux, par e-mail. Ils s'éliminent un par un... Qui restera ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Salutations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Salutations   Ven 26 Sep - 4:41

    Bien le bonjour!
Lorsque je me suis trouvé en face de cette étrange machine, plusieurs noms sont apparus sur l'écran. J'ai cliqué par hasard sur le votre, me disant vaguement quelque chose. J'espère ne pas vous déranger, ou ne pas avoir malencontreusement accosté un programme quelconque.

Il est difficile pour moi de taper les lettres, j'ai l'impression de jouer d'un piano inaudible!

J'aurais voulu savoir comment allait le monde extérieur. Il semblerait que quelqu'un m'ait enfermé dans une pièce sans issue... Peut-être est-ce un kidnapping, pour m'empêcher de continuer mes recherches? Ou alors ils demandent une rançon à ma famille... J'espère de tout coeur que ceux-ci vont bien.

J'aurais une requête à vous faire; pourriez-vous contacter Mr et Mme Bell à Boston de ma part? J'aurais un message à leur transmettre.

    Cordialement,
    A. G. Bell
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Sam 27 Sep - 5:39

M. Bell,

Je me retrouve dans le même état que vous, et crains de n'être retombé dans une sordide détention dont le but ne serait que de se jouer de ma personne. Je ne peux comprendre en effet, si nous sommes détenus, si vous êtes vrai, je ne peux comprendre que nous puissions nous parler ainsi. Quel intérêt ? Les gardes-chiourmes - que ce nom est tristement exact ! - n'apprécient guère les discussions entre détenus, feu l'abbé Faria aurait pu vous le confirmer.

Je ne saurais donner suite à votre requête, Monsieur, je n'ai aucune possibilité de liaison qu'avec quelques personnes, aux noms étranges, notez bien. Voyez-vous, je puis discuter avec l'héroïne d'un comte de fée, comme cela est fashionable ! Je pense pouvoir raisonner logiquement, et comprendre la sensibilité d'Albert, à présent. Mais assez parlé de personnes fantasques, assez de mascarades ! Qui êtes-vous, Monsieur ?

Cordialement,

Edmond Dantès
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Dim 28 Sep - 8:01

Mr Dantès,

Je suis fort contrit d'apprendre qu'ils vous ont eu aussi. Peut-être ces captures ont-elle un lien, que nous pourrions déceler? Je suis moi-même un scientifique dont les recherches seraient susceptibles d'ennuyer d'autres savants concurrents. Auriez-vous des problèmes semblables?

Il me semble étonnant à moi aussi que nous ayions la possibilité de communiquer. Peut-être qu'un peu de sympathie n'est point étrangère à nos ravisseurs, et qu'après tout, ils ne nous veulent pas de mal? Un peu de distraction est certes appréciables en ces lieux bien vides.

En parlant de conte de fées, je suis moi aussi en contact avec une demoiselle fort étrange qui prétend s'appeller "la belle au bois dormant"... je ne sais pour l'instant qu'en penser, mais il serait probable que la pauvre ait perdu l'esprit.

Mon nom est Alexander Graham Bell, mais vous pouvez m'appeler tout simplement Alexander ou Dr Bell. Je suppose qu'on peut se permettre ce genre de familiarités. J'aimerais que vous me parliez un peu de vous à présent, afin que nous trouvions des indices sur l'identité des kidnappeurs.

Bien à vous,
A.G. Bell
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Lun 29 Sep - 9:47

M. Bell,

J'avais cru, préalablement, à une plaisanterie que mon aimée, une splendide femme grecque, avait orchestrée, une sorte de Bal costumé. Vous en conviendrez, les noms de nos voisins de cellules sont pour le moins pittoresques... A l'exception de certains, comme vous-même, et un certain Charles de Gaulle... Certainement un nouveau Danglars, arrivé au faîte de la fortune... Mais passons donc, monsieur.

Je suspecte "Dieu" d'être ma douce Haydée.

Cela me rappelle un jeune ami, pauvre de lui, qui s'était exclamé, les yeux pétillant, plein de vie, alors, encore, et pour si peu de temps : "Haydée ! quel adorable nom ! Il y a donc des femmes qui s'appellent véritablement Haydée autre part que dans les poèmes de Lord Byron ?"

Cette solitude me pèse... Cela est déjà la deuxième fois.

Bien à vous,

Edmond Dantès
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Mer 1 Oct - 8:38

Cher monsieur,

Je me demande comment un simple être humain pourrait se cacher derrière tout cela. Les mécanismes, les machines étranges, ces lieux inconnus et la magie... comment expliquez-vous que votre dame ait pu orchestrer pareille plaisanterie?

La solitude est aussi un lourd fardeau pour moi qui avais l'habitude de voir beaucoup de jeunes gens pour enseigner, ma chère famille, et des amis ou collègues avec qui discuter. Je crois que pour l'instant un ou deux verres ne me feront pas de mal.

Je me surprends alors à rêver, à imaginer des paysages derrière ces murs, cette pièce si vide. Mon esprit scientifique est rélégué loin, et je vois maintenant danser la nature et la vie. J'aurais tellement aimé avoir un peu de compagnie.

Peut-être serait-il temps pour moi d'arrêter l'alcool pour ce soir.

Bien à vous,

A. G. Bell
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Ven 3 Oct - 12:31

M. Bell,

Si je n'étais d'humeur aussi taquine, j'oserais porter le vice jusqu'à l'humour le plus sot, et dirais que votre nom résonne bien. Je m'en passerais.
Un humain n'est pas capable de cela, j'en suis à présent convaincu. Si vous excusez cette absence injustifiée de ma part, vous comprendrez peut-être ce que l'expression "être perdu" signifie.

Quand bien même cette machine ne serait pas humaine, vous-même ne l'êtes pas plus. Qui me prouve que vous soyez un homme, et non une émanation de cette fabrication infernale ?
Seriez-vous du Purgatoire ?

Cordialement,

Edmond Dantès
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Mer 8 Oct - 3:57

Cher Monsieur,

Je comprends tout à fait que vous "soyez perdu". Mon propre esprit scientifique est tout chamboulé... en quoi faut-il croire à présent, puisque Dieu et la Science restent muets à nos appels?

Rien ne peut en effet vous prouver que je ne suis pas qu'un programme ou une machine qui vous envoie des messages. Je ne suis pas vraiment en mesure de vous démontrer cela. Rien ne me prouve non plus que vous existez vraiment. Quand bien même, converser avec une machine peut être bien plus divertissant qu'avec un humain normal, surtout lorsque sa culture n'est point très développée.

Peut-être ne suis-je qu'un programme, dans lequel on a entré des données de vie, et qui est persuadé d'avoir un vécu sur terre, une famille, des amis, une carrière, et que ma mémoire virtuelle distille dans les mécanismes de mon cerveau des souvenirs précis mais inventés. Peut-être mon existence ne se résume-t'elle qu'à une série de chiffres gravés dans un engin électronique.

Qu'y puis-je?

Dans tous les cas, je ne crois pas être du purgatoire. Ma provenance directe est Boston, voyez-vous, aux Etats Unis d'Amérique... Je n'ai jamais joué avec de pauvres âmes, prenant la vie d'un d'entre eux chaque semaine. Je n'ai pas ce genre de loisirs.

Auriez-vous une idée de ce que vous êtes vraiment?

Bien à vous,

A. G. Bell
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Mer 8 Oct - 7:12

M. Bell, ou devrais-je écrire : Mr Bell ?

La question reste entière.

Que suis-je... ou qui suis-je ? Puis-je seulement répondre à une question aussi galvaudée qu'icelle ?
Je ne suis rien de plus qu'un macabre spectre, revenu d'entre les morts, d'entre les damnés, pour récupérer ce qui lui était dû, ce que cette Terre m'avait enlevé, ce que les hommes m'avaient arraché, et ce dont Dieu m'avait dépossédé.

Suis-je une coquille vide, avide de sang humain, comme le vampire de Byron ? Ne suis-je qu'un monstre cannibale se repaissant de mets humains ?

Peut-être... Comment me verriez-vous, vous, personne que je crois à présent être réelle, non en raison de vous-même, ne croyez pas là à une quelconque flatterie, mais en raison des discussions que j'ai pues avoir ?

Cordialement,

Edmond Dantès
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Jeu 9 Oct - 7:26

Cher Monsieur,

M ou Mr Bell revient au même il me semble, tant que vous ne m'ôtez point mon titre masculin.

Il me semble que vous êtes aussi perturbé que moi. Etes-vous déjà mort? Que recherchez-vous donc? Vos propos sont inquiétants, par rapport à ce que j'ai pu apprendre de vous précédemment.

Vous me semblez être un être doué de raison, qui plus est un humain parfaitement normal issu comme moi de la planète Terre. Un homme ayant déjà une certaine expérience de la vie, point quelque adolescent fougueux et prétentieux.

Qu'est-ce qui vous fait pensez que vous n'êtes qu'un fantôme ou un vampire?

Bien à vous,
A. G. Bell
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Jeu 9 Oct - 8:25

M. de la Cloche,

Comment pouvez-vous vous permettre de me qualifier de "perturbé" ? L'expérience de l'enfermement est une chose qui ne m'est pas inconnue, je crains que nous ne puissions nous ressembler sur ce point !

Mort ? Les morts peuvent-ils parler ? Entendez-vous quelque chose aux métaphores ? Non, visiblement, ces étranges animaux se rapprochent, pour vous, plus du coléoptère que de la poésie... Je ne recherche qu'une chose, Monsieur, la même que vous : la sortie. Vous savez, ces huis lourds, en chêne, craquant sur d'énormes gonds rouillés, et pour lesquels la force d'un seul - fût-il Héraclès - ne suffirait à la faire bouger.

Peut-être suis-je un adolescent fougueux et prétentieux, que pouvez-vous en dire ? L'adolescent recherche le chaos, la discorde, le désordre, est imbu de lui-même, et se croit supérieur.
Pensez-vous qu'un homme frappé de monomanie meurtrière soit aussi différent ?

Cordialement,

Edmond Dantès
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Mar 14 Oct - 9:18

Monsieur,

Je vous ai qualifié de "perturbé" comme moi car il m'a semblé déceler dans vos propos une certaine détresse, bien que je n'ose point m'improviser psychologue. Toute personne dans la situation qui est nôtre depuis plusieurs semaines devrait se trouver dans un état psychologique différent, ne pensez vous pas? Je n'ai nullement tenté de vous blesser, veuillez m'en excuser si c'est le cas.

J'ai du mal avec les métaphores car je suis un homme de sciences, voyez-vous. La littérature me laisse plutôt indifférent, au profit de toutes les expériences nouvelles qui permettent de faire progresser les techniques et technologies. Je suis conscient que l'esprit scientifique manque cruellement de fantaisie et d'imagination. Néanmoins je suis sensible à la musique que j'apprécie beaucoup.

Il m'a semblé de par votre éloquence n'avoir point affaire à quelqu'un de très jeune, mais peut-être n'est-ce qu'une impression... Et je n'ai pas réellement cru comprendre que vous souffriez de monomanie meurtrière auparavant (sans compter le fait qu'il n'y a pas d'âge à la folie).

Sachez en tous cas que l'antipathie m'est étrangère et que je ne cherche qu'à vous connaître mieux.

Bien à vous,
A. G. Bell
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Mer 15 Oct - 3:32

M. Bellélabête,

Je tiens tout d'abord à remercier Mme Leprince de Beaumont pour le patronyme dont je puis vous affubler à l'heure actuelle.

Vous, me blesser ? Puis-je me rire de vous si fort, si haut, si méchamment que la honte vous montera aux oreilles jusqu'à ce que vous en succombiez ? Pensez-vous sincèrement être homme à pouvoir m'atteindre, mon cher scientifique ? Je vous laisse la joie de la réponse, veuillez me contacter lorsque vous aurez déterminé laquelle semble correcte.
En revanche, je n'excuse guère, cela s'apparente à ce que nos livres de catéchisme ont voulu nous faire croire, et cette instruction est profondément néfaste. Elle fait de nous des faibles, des lâches, des couards. Il semblerait d'ailleurs que Très Haut ne soit pas celui que l'on nous a présenté : je ne peux que m'en réjouir ! A ceci près qu'il serait, si mes sources - qui doivent peut-être être aussi les vôtres - sont exactes, qu'il serait comme sa création. Entendons par là vide, insignifiant, et totalement inintéressant. Autant l'écraser sous son talon, et passer à autre chose de plus intéressant.

Comme... un duel ! Avez-vous déjà combattu un homme, "A.G.", ou bien ne vous êtes-vous encore jamais sali les mains ? Oh, je sais ce que l'on a dû vous dire, il est immoral de tuer, mais si vous saviez le plaisir que cela procure, lorsque les derniers râles gémissant et plaintifs de votre victime agonisante parviennent à vos oreilles... Si vous saviez ce que cela peut éveiller comme mouvement de l'âme lorsque ce liquide chaud, bouillonnant, écumant, poisseux se déverse hors des artères de votre infortuné adversaire et glisse sur vos mains, sur vos bras, répandant sa chaleur vivace dans vos membres engourdis...
Il ne reste qu'à s'arranger avec la magistrature, qui accommodera, de très belle manière, la scène et fera croire à un suicide. Ce brave Fernand pourrait vous le confirmer.

Cordialement,

Edmond Dantès
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Ven 17 Oct - 21:55

Monsieur,

Je ne cherche pas à vous atteindre. Pourquoi donc voulez-vous absolument m'attaquer ainsi? Je ne vois pas quel profit nous pourrions tirer à être ennemis.

Mes connaissances et mon instructions sont remises en cause et je m'en rends bien compte. Comprenez que c'est difficile de voir la plupart des fondements de sa vie réduits en miettes. Que puis-je penser à présent? Tuer des gens est l'avenir du monde?

Dans la société dans laquelle je vis, le meurtre est totalement banni, et qui s'y adonne est immédiatement livré en justice. Pourquoi donc régler les différents par la violence, alors que des milliers d'années ont réussi à apporter langage et civilisation aux hommes? La violence est une faiblesse car elle démontre le manque d'arguments. Je ne m'abaisserai pas à de telles choses indignes.
Notez cependant que je n'ai point parlé d'immoralité, tout dépend des circonstances.

Mais chacun voit midi à sa porte, s'il est de vos passe-temps de vous amuser ainsi... je n'ose pas dire tant mieux pour vous. Au fait, les gens ne risquent-ils point de trouver étrange le nombre de suicides s'élevant considérablement?

Aurore m'a convaincu de donner un peu plus de mon temps à faire du sport, bien que les lieux ne s'y prêtent pas réellement. Mon dos souffre atrocement. Je me suis installé un petit bassin d'eau chaude dans un coin de ma pièce, c'est très agréable. Tout ceci pour quelques nouvelles, au cas où cela aurait une maigre chance de vous intéresser.

A. G. Bell
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salutations   Dim 19 Oct - 1:33

M. Bell,

Il semblerait que vous ne m'ayez guère compris, ce qui est fort dommageable. Moi, vous attaquer ? Non, mon cher, non, navré de ne vous faire ce plaisir. Vous n'avez pas non plus entendu ce que j'ai signifié quand à la possible élimination de personnes...

Il est des cas dans lesquels l'on se doit de tremper ses mains dans les plus infâmes bouillons, la destinée ne nous laisse parfois pas d'autre choix. Je ne sais d'où vous est venue l'idée que je devais être entouré de macchabées, mais l'image, assez enfantine, j'en conviens, m'a presque amusé.

"Tuer des gens est l'avenir du monde ?"

Ne jouez pas les effarouchés, M. Bell, vous devez savoir, en tant que scientifique, que rien n'est propre. J'ignore quel est votre domaine de prédilection, mais pouvez-vous, avec certitude, dire avoir œuvré pour le bien de tous ? N'y aurait-il, dans vos travaux, quelque chose qui puisse être susceptible d'être travesti, détourné, et qui se transforme en propagateur de malheur ? N'en seriez-vous pas responsable, aussi ? Pourriez-vous supporter le poids d'un malheur pandémique ?

Choix de conscience plutôt alambiqué, non ? Faire progresser la science, et risquer un cataclysme, ou bien ne rien faire, et dépérir ?

Pour faire du sport, rien ne vaut l'entraînement au fleuret, si jamais vous savez tenir un tel objet.

Cordialement,

Edmond Dantès
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salutations   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salutations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes salutations.
» Salutations et excuses...
» Salutations mes Fréres !
» Salutations !!
» Salutations à vous toutes et tous, braves chasseurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*¤ Le jeu du Dieu fou ¤* :: Archives des parties de Jeu :: *¤ Cinquième partie ¤* :: Edmond Dantès / Alexander G. Bell-
Sauter vers: